Dossier: La mairie de Dschang nargue les commerçants.

  • Ajouter le 30/11/22
  • 0 Commentaire
  • 399
  • Rédigé Par MenouActu    


  • Mis a jour 30/11/22 à 11:43

C'est la désolation et les pleurs au marché Ntsinfem de Dschang. Créé dans les années 2000 sur l'impulsion de l'ex maire SDF Sonkin Etienne, ce marché connait depuis quelques années une cascade de problèmes qui ont atteint leurs point culminant à partir


 de 2020 avec l'arrivée du nouvel exécutif communal.

????Cliquez sur le lien bleu https://youtu.be/by4hhCLNwok pour regarder ce reportage vidéo de MenouActu Web tv sur la question.

Au premier rang de ces problèmes: la marginalisation. Créé au départ pour accueillir des vendeur à la sauvette, les vendeurs de volaille et de bétail, c'est aujourd'hui une une poignée de commerçants qui a été isolée dans ce marché. La grande majorité étant restée dans les grandes artères des marché A et B par des moyens officieux de pots de vin remis à certains agents de la mairie, comme le laisse entendre certains commerçants.

Silence complice

Le mutisme du premier magistrat municipal sur la question pourrait

donc s'expliquer. Cette division injuste et honteuse d'une même activité pour un si petit arrondissement entraîne une inactivité importante au marché Tsinfem. Conséquence, ce sont des poulets après  plusieurs jours passés sous le soleil sans trouver preneur. De même, les commerçants du marché Ntsinfem se voient refuser toute livraison de volaille par les grossistes qui préfèrent livrer ceux illégalement Installés au marché A et B.


Une grève comme ras le bol

Pour s'opposer à ces pratiques entretenues et protégées par certains agents de la mairie, les commerçants du marché Ntsinfem prévoient d'organiser une grève générale.

Mais en attendant le mot d'ordre de grève, les commerçants n'ont pour seule activité désormais que dormir. Dans chaque boutique, des petits lits  ont été installés. Et lorsque torpillé par le soleil et le manque de clients, on se sent fatigué, le sommeil devient une consolation.

De la corruption à la surfacturation

Et dans toutes ces conditions et comme pour ne rien arranger, les commerçants au marché  Ntsinfem reçoivent des taxes, patentes et impôts surfacturés de la part des agents communaux et du service des finances de la ville. 5000frs d'impôt sur la salubrité, 5000frs sur les tickets du marché et bien plus.  Pourtant, le service d'hygiène et de sécurité  est inexistant. Les commerçants témoignent d'ailleurs des casses régulières de leurs boutiques ou, le reste de volaille qui a échappé à la mort sous le soleil est emporté par les brigands.

Et malgré ce décor triste et désolant, il faut rembourser les prêts effectués dans les réunions et envoyer les enfants à l'école.


La mairie complice?

Face à ce carnage social dans la commune de Dschang, l'on aurait souhaité voir le maire frapper du poing sur la table et agir pour le bien des populations qui l'ont mandaté. Curieusement et malheureusement, ce dernier est jusque là resté muet et indifférent aux différents cris des commerçants. Aucune véritable excuse ne saurait justifier un tel mutisme et une telle indifférence qui frisent le mépris de la mairie vis à vis de sa population.


Cyrille De Fopossi pour le journal citoyen MenouActu

.