Lignes 65 et 94 : Le maire de Dschang bientôt en prison ?

  • Ajouter le 25/06/22
  • 0 Commentaire
  • 741
  • Rédigé Par MenouActu    


  • Mis a jour 25/06/22 à 10:32

Plusieurs noms sont cités dans un rapport soumis il y a quelques semaines au Président de la République sur «l'audit de la gestion des ressources issues des chapitres budgétaires 65 et 94 de 2010 à 2021».


Et dans cette longue liste de personnalités soupçonnées de détournements, figure le nom du maire de la ville de Dschang et Président de ACCODIC, Jacquis Kemleu.


Il y a quelques mois, le Secrétaire Général à la Présidence de la République recommandait, sur hautes instructions du Président,  à madame Mbah Acha Rose Fomundam, ministre chargée du Contrôle Supérieur de l'État, le rapport sur l'audit des fonds publics manipulés sur les lignes dites 94 et 65.


Le rapport de madame la ministre a été rendu au Président il y a peu. Et l'on apprend de sources bien introduites que plusieurs noms de ministres, fonctionnaires, maires et hommes d'affaires y figurent, notamment celui du maire de Dschang Jacquis Kemleu.

D'après les informations glanées auprès de ses proches, ce dernier aurait reçu 700 millions de francs Cfa de l'ex-ministre de l'Économie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire (MINEPAT). Des fonds provenant de la ligne 94 logée dans ce ministère.

 Le maire serait d'ailleurs, d'après cette même source, en attente cette fois-ci de

150 millions de francs Cfa en provenance  de la ligne 65 logée cette fois au ministère des Finances dirigé par Louis Paul Motaze.

Contacté depuis Paris, le maire Jacquis Kemleu a tenu à s'expliquer.


Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou a tenu à présenter les faits

Sans nier les informations présentées plus haut, le maire Jacquis Kemleu a tenu à faire quelques précisions « C'est très important de venir savoir sur quoi est basé ce montant de 700 millions. Il faut que les camerounais sachent. »

Il va par la suite essayer de justifier les raisons de la mise à disposition de ces 700 millions par l'ex-ministre de l'économie Louis Paul Motaze dont certains disent qu'il est proche. Fonds débloqués pour le centre dont il est le tout premier président encore en fonction  « Le centre dont je suis le PCA à savoir un centre technique de l'agroalimentaire-CTA, avec pour forme juridique le groupement d'intérêt économique, a reçu de l'argent dont je ne suis  pas ordonancier ; et  cet argent en réalité représente la contrepartie de l'État pour  l'accompagnement du programme d'appui à la compétitivité du Cameroun-PACONC qui a permis l'obtention de ces fonds».

Réagissant aux  poursuites judiciaires qui pèsent sur lui dans un rapport soumis au Président de République par la ministre chargée du Contrôle Supérieur de l'État (CONSUPE), le maire se dit surpris. « Je suis surpris de la façon dont elle travaille, alors qu'il s'agit de l'État et une structure étatique dont elle est sensée maîtriser les contours»


Le maire va enfin rappeler que ledit financement se fait de manière et échelonné et que jusqu'à présent, ce sont 550 millions sur les 700 millions  qui ont déjà été mis à  disposition depuis 2017. Donc  150 millions restent à débloquer.

 

Cet argent pourrait arriver alors que l'élu communal se retrouve déjà dans les mains de la justice, puisque d'après plusieurs informations en circulation, une première liste de noms a déjà été transmise aux magistrats, alors que la sécurité et la sûreté nationales sont déjà en alerte.


Des noms comme Amougou Belinga, Célestine Ketcha Courtes, Nganou Djoumessi, le président de la chambre de commerce Ekeng Christopher et bien d'autres sont également cités dans ce dossier qui risque de secouer la scène politique camerounaise dans quelques jours.


Par SM, Cyrille De Fopossi pour le journal citoyen MenouActu.

.