Intercommunalité : Le SYCOME s’évalue à mi-parcours de l’année budgétaire 2019.

  • Ajouter le 01/11/19
  • 0 Commentaire
  • 481
  • Rédigé Par MenouActu    


Après un an d’existence jour pour jour, le Syndicat des communes de la Menoua se projette dans l’avenir, afin de se rendre présence auprès des populations, sur le terrain.


Les contributions obligatoires des municipalités membres ; le guichet Intercom du Fonds spécial d’équipement intercommunal (FEICOM) ; le budget d’investissement public (BIP) ; la participation aux appels à projets des bailleurs financiers, nationaux et internationaux ; les accords de coopération avec des partenaires de régions et/ou métropoles de pays amis.

Tels sont, dans leurs grandes lignes, les axes de financement sur lesquels compte s’appuyer le Syndicat des communes de la Menoua (SYCOME), pour financer son plan d’investissement, dans le futur. C’est du moins ce que l’on peut retenir des assises du jeudi 31 octobre 2019. Tenue en présence de l’ensemble des maires du département, et de quelques conseillers municipaux des différentes communes, cette session du conseil syndical a porté sur l’évaluation à mi-parcours, de l’exécution du budget 2019.

Comme depuis la tenue de la session de plein droit, le 31 octobre 2018, suivi de la session du vote d’un budget de quarante-sept millions (47 000 000 Fcfa), le 7 avril dernier, le Syndicat reste non opérationnel, SM Beaudelaire Donfack, maire de Dschang et président du syndicat, a émis le souhait, dans son mot d’ouverture des travaux, de voir « La mise en œuvre des recommandations du présent conseil, permettre au SYCOME de devenir réellement opérationnel, à travers entre autres : le recrutement des cadres dont il a besoin pour démarrer, la signature des délibérations nécessaires… »

Le SYCOME réfléchit sur l’idée de créer des agences intercommunales, dédiées à des tâches spécifiques.

Continuant de dérouler sa pensée, le président énuméré quelques activités qui ont tout de même permis au Syndicat de donner l’impression d’exister. A ce titre, il a parlé de l’accueil du directeur de la Coopération, au ministère de la Décentralisation et du développement local (MINDDEVEL). Cette personnalité a saisi l’occasion de sa visite, pour dire l’attente du ministère, de voir les neuf syndicats créés être opérationnels, afin de procéder à la répartition des ressources à elles dédiées.

La deuxième activité est le projet de gestion des boues de vidange, dont l’Agence municipale de gestion des déchets de Dschang, AMGED, démarre le déploiement sur tout le territoire de la Menoua. La dernière activité a porté sur le voyage d’étude que les six (6) maires de la Menoua effectueront, le 10 novembre prochain à Nantes, en vue d’observer comment fonctionne la Métropole de Nantes, avec ses vingt-trois (23) communes. Au cours de cette sortie, la partie visiteuse signera une convention de partenariat avec Nantes Métropole.

Dans le développement du plan stratégique intercommunal de sa vision politique, dans les domaines : de l’eau, de l’assainissement, de l’énergie, de l’urbanisme, de l’agriculture et du tourisme, le SYCOME réfléchit déjà sur l’idée de créer des agences intercommunales, dédiées à des tâches spécifiques.

Prenant la parole en sa qualité de tutelle, Innocent Demanou, chef service du Développement local à la préfecture de Dschang, représentant Godlive Mboke Ntua, préfet, empêché, s’est réjoui de la sérénité dans laquelle les travaux ce sont déroulés, et a félicité « les uns et les autres pour leurs contributions multiformes et constructives, qui ont aidé à poser les bases de cette structure qui regroupe les communes de la Menoua.

Roch Kenfack

.