Dschang : Une partie de la ville sous les eaux depuis des jours.

  • Ajouter le 24/06/22
  • 0 Commentaire
  • 515
  • Rédigé Par MenouActu    


La situation est de plus en plus critique dans l'arrondissement de Dschang, les nombreuses pluies diluviennes qui s'abattent sur la ville depuis plusieurs jours ne sont pas sans conséquences.


 Du stade municipal au marché B, au lieu dit Sa'a Ndoh, en passant par les quartiers Ngui, Tchoualé, la ville de Dschang a les pieds dans l'eau. Si les voies de drainage et les canaux d'irrigation sont les principales causes de

ce désastre, les populations pointent du doigt les responsables de la commune de Dschang.


Ce 24 Juin dans la ville de Dschang, les populations des différentes localités font face à un adversaire plutôt redoutable et inquiétant. Les inondations ont installé leur QG au coeur des quartiers tels que Tchoualé, Mingou plus précisément au Coplar, Pont Caplame et pont militaire. Difficile d'entrer ou de sortir. À Bangos, les habitants n'ayant pas la patience d'attendre doivent patauger dans une marre d'eau rougeâtre, nauséabonde, et boueuse. Une situation qui n'est pas sans conséquences.


Ralentissement de l'activité économique

Au marché B de Dschang, l'une des principales zones économiques de la ville, la situation est chaotique comme le  laisse entendre ce commerçant : « Depuis pratiquement 20 ans que je suis au marché B, je n'ai jamais assisté à pareilles inondations». Comme pour mettre de l'eau à son moulin, une autre commerçante s'exclame « C'est vraiment trop délicat, je suis dépassée. J'ai fui le marécage à Douala Makepe, je suis à deux mois ici au marché B, les eaux issues de l'inondation montent sur les tables jusqu'à m'arriver aux genoux. Je vais aller finalement où au Cameroun? s'interroge cette dernière.

 Boutiques fermées, les commerçants regardent médusés les inondations battre leur tam-tam, et les eaux voguer en douce, emportant au passage des enfants poursuivant leurs babouches. Aucune clientèle ne pointe à l'horizon.

Les moins chanceux par contre perdent  d'importantes quantités de marchandises, transportées par la violence des eaux.

« L'eau descend ici, ça porte les planches, les sacs de riz, de maïs, les sacs de koki. Les gens souffrent matin, midi, soir. L'inondation  a porté près de 5 paquets de pagnes».


La Marie de Dschang comme principal responsable

Plusieurs riverains des zones touchées accusent l'autorité communale de cette situation préoccupante. Ils invitent le maire à être plus présent à leur chevet pour leur apporter du secours dans ces circonstances. « Au temps de l'ancien maire, il venait sur le terrain voir ce qui se passait. Ce que nous demandons à ce nouveau maire, vraiment c'est qu'il essaye de descendre sur le terrain. Aujourd'hui pour voir le maire il faut des audiences qui vont jusqu'à deux mois».

Une autre plainte portée contre la mairie au-delà de son absence se trouve dans les constructions réalisées derrière le commissariat et qui empêchent aux eaux de circuler normalement.


Réagissant à ce ras-le-bol depuis Paris, le maire de Dschang renvoie l'excuse à une situation générale et mondiale « La question environnementale n'est pas locale... Des orages ont détruit des villes entières en France où je me trouve...Le dérèglement climatique qu'on vit aujourd'hui a des conséquences horribles et Dschang n'est pas à exclure de ces conséquences».

Il a par ailleurs annoncé que tout est à pied d'œuvre pour un retour à la normale. « Nous sommes en train de voir avec le service d'hygiène, et les services techniques ce qu' il faut faire pour rapidement remettre les choses telles que les activités puissent reprendre. Nous savons que les populations vivent de ces activés».

Des solutions à long terme pour éviter que pareils phénomènes ne se répètent ont été évoquées « Nous sommes en train de réfléchir au regard des moyens techniques et financiers que nous avons pour déboucher les drainages non fonctionnels et autres pour que les commerçants retrouvent la sérénité»


Répondant aux critiques des commerçants qui estiment que la mairie n'est visible que lors des collectes des fonds, le maire a tenu à présenter les différentes œuvres déjà réalisées sous son mandat au marché B tout en annonçant la construction de 44 nouvelles boutiques au niveau des constructions vétustes et anarchiques. Ces boutiques permettront, d'après le maire, de libérer les voies de passage des eaux, tout en assainissant l'espace marchand.


Cyrille De Fopossi pour le Journal citoyen MenouActu

.