1984 : les biens volés des nordistes

  • Ajouter le 06/04/18
  • 3 Commentaires
  • 858
  • Rédigé Par MenouActu    


Les comptes à solder par le clan Biya. Par Benjamin ZEBAZE


ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL "Ouest Littoral" d'avril 2011

Bien qu’étant contre toute sorte de putschs, nous ne cesserons chaque année d’évoquer la destruction de toute une élite dans le grand-nord et la confiscation de leurs biens par le clan Biya, tant que ce dernier ne se penchera pas sérieusement sur ces questions potentiellement dangereuses pour la paix sociale. 289 familles victimes directes.

Nos lecteurs vont finalement avoir l’habitude de lire pratiquement les mêmes articles tous les mois d’avril. L’énormité de ce qui s’est passé en avril 1984 est telle que si le pouvoir actuel n’arrive pas à « solder les comptes » convenablement, le risque est grand que ce pays ne devienne un brasier à la fin du « Renouveau ».

Des aventuriers victimes d’une répression aveugle et sans discernement.

Mais comme toujours, et même si a posteriori on est obligé de reconnaître le caractère visionnaire de l’argumentaire des putschistes de 1984, nous ne sommes et ne seront jamais des adeptes de ce type de « règlement » de conflit politique.

Nous qui prenons des risques depuis maintenant plus de 20 années pour dénoncer les tares du régime dit du «Renouveau», pensons que c’est dans le cadre de la légitimité et à la vue de tous, que le combat en vue de l’instauration d’une société meilleure doit être mené dans ce pays.

Les putschs en général sont plutôt porteurs de troubles sociaux que d’autre chose, même si le cas d’un Jerry Rawlings au Ghana est le contre-exemple parfait.

Presque tout a été dit sur les événements d’avril 1984 ; il n’est pas inintéressant de rappeler, pour les jeunes et les moins jeunes, cette abomination ayant consisté, sous couvert d’une opération de rétablissement de la « légitimité républicaine », à détruire toute l’élite politico-intellectuelle de l’ancienne province du Nord.

Au nom de quoi s’est-on affranchi des règles élémentaires de droits ou de justice pour essayer de réduire à néant des individus dont les seuls crimes étaient d’être originaires d’une certaine région du pays, ou encore d’ avoir tout simplement une chéchia pour couvre-chef ?

L’action énergique et courageuse des journaux « Le Messager », « Challenge Hebdo »

C’est ainsi que, selon notre excellent confrère l’Oeil du Sahel, 39 personnes - dont l’ancien Ministre Dakolé Daïssala-, se sont retrouvés en prison sans jugement. 2 autres -dont l’actuel Ministre Issa Tchiroma Bakary- bien qu’étant acquittées, se sont retrouvées quand même en prison. 4 ont été condamnées à vie, 5 à 20 ans d’emprisonnement, 9 à 15 ans, 42 à 10 ans, 119 à 5 ans, 2 à 3 ans, 9 à 2 ans, 1 à 18 mois, 4 à 1 an et 50 condamnés à mort.

Pour être complet, 27 trouveront la mort en détention.

En 1990, au plus fort des mouvements sociaux exigeant des reformes et l’ouverture démocratique, des émissaires des prisonniers sont allés à la rencontre des journaux « Le Messager » et « Challenge hebdo » pour leur faire part d’une curiosité.

Malgré les décisions de la justice expéditive mise en place par le régime condamnant les prévenus à des peines de moins de 5 années de prison, personne n’avait été libéré, sept années plus tard. Suite à une campagne médiatique d’une rare intensité, le pouvoir, craignant l’embrassement général dans le nord, est condescendu à libérer enfin ces prisonniers.

Un très grand ami de Challenge Hebdo (Le Capitaine Konaté Aladji) condamné à 5 ans de prison, juste pour être le frère de « sa sœur », épouse d’un sympathisant des putschistes, a finalement passé …7 années en prison.

Des putschistes spoliés, volés par un clan tribal.

Dans toute chose, il faut savoir garder mesure. En réagissant excessivement, certes face à des hommes armés en rébellion, on a et on veut cacher une partie de la vérité aux Camerounais.

L’une de ces vérités est que ces putschistes n’avaient pas l’intention de laisser des morts sur le carreau. On peut dire ce que l’on veut, mais l’histoire retiendra qu’ils n’ont jamais voulu attenter à la vie de personne.

Les nombreux militaires qui se gaussent aujourd’hui d’avoir sauvé la République, oublient de dire que certains ont été attachés comme des « saucissons », tandis que d’autres se sont cachés comme ils pouvaient.

C’est parce que les « rebelles » voulaient faire un coup d’Etat sans « effusion de sang », que les loyalistes ont pu s’organiser afin de sauver le pouvoir dont l’essentiel s’était terré dans le sous-sol du building présidentiel.

Suite à cette « victoire », ce dernier s’est livré à une véritable chasse à l’homme et à ses biens. Les comptes bancaires ont été vidés, les biens meubles et immeubles confisqués.

On est allé plus loin que les pires des régimes en déniant à tous ces compatriotes et leurs familles des droits élémentaires. C’est ainsi que celles des 50 personnes qui ont été passées par les armes n’ont aucun document attestant les décès de leurs parents enterrés dans des fosses communes. Elles ne peuvent, par conséquent, jouir d’aucun bien de leur parent et sont finalement les victimes collatérales d’une affaire qui les dépassent.

La loi d’amnistie, votée sous la pression en 1991, n’a jamais connu un début d’application. Les personnes volées ou spoliées regardent, la colère mal refoulée, les membres du clan du président Biya jouir des biens que leurs parents ont accumulés en ruminant leur revanche. Tout cela finira mal…très mal.

Benjamin Zebaze

Liste des personnes détenues dans le cadre du 06 avril 1984

DETENUS SANS JUGEMENT

1-Amadou Bello (ancien Pdg de la Camair)
2-Bobbo Hamatoukouri (ancien Pdg de l’Oncpb)
3-Dakole Daissala (ancien Dg de la SOTUC)
4-Moussa Habouba (ancien représentant de la Camair à Paris)
5-Kadre Emmanuel (Architecte)
6-Amadou Abbo (Cadre Sawa hôtel)
7-Capitaine Moussa Mahonde
8-Capitaine Mohamadou Mouktar
9-Enseigne de Vaisseau Moussa Mamadou
10-Bakary Adama (ancien adjoint au chef d’escale de la Camair à Yaoundé)
11-Ibrahima Yanga (ancien chef de garage de l’Oncpb à Yaoundé)
12-Djagba (cadre Tchadien de la Beac)
13-Ngasseu Herman (Employé à la société Nobra)
14-Officier de police principal Bouba Sambo
15-Adjudant-chef Ndassa Issa
16- Adjudant Hamadou Samatou
17- Adjudant Tuisna Ganna
18-Melai Megai (ancien chef de secrétarait particulier du Ministre Youssoufa Daouda)
19-Inspecteur de police Kaya Jacques (ancien chef de secrétarait particulier du ministre Hele Pierre)
20- Maréchal de logis Chef Iya François
21-Maréchal de logis Mahamat Moustafa
22-Maréchal de logis Mahamat Madam
23- Maréchal de logis Mohamadou Dourtou
24-Gendarme Major Garandi Raymond
25-Gendarme Major Hamawa kidjimawa
26-Gendarme Major Djidjibe Gaston
27- Gendarme Major Ndjene Jacob
28-Caporal Sanda Simon
29-Caporal Assourac Philippe
30-Caporal Bello Damna
31-Gendarme Baba Petel
32-Gendarme Abdoulaye Moussa
33-Gendarme Mana Hile
34-Gendarme Dana André
35-Gendarme Goudkoya Pierre
36-Gendarme Djaribe Abba Mamadou
37-Gendarme Haman Damba
38-Gendarme Djamo.

DETENUS CONDAMNES A VIE

1-Capitaine Madam Dogo
2-Maréchal de logis Kidmo Koskreo
3-Inspecteur de police Boubakari Bello
4-Gendarme Harouna Wali

DETENUS CONDAMNES A 20 ANS DE PRISON

1-Mme Alim née Haoua Konate
2-Cdt Mohamadou Abdoulaye Messa
3-Lieutenant Maroua Adoum
4-Mar. De Logis Chef Waziri Abdoulkadri Kari
5-Maréchal de logis Dadji Jean Louis
6-Maréchal de logis Bring Daniel
7-Gendarme Major Djakissam Luc
8-Gendarme Alioum Hamandjam
9-Souley Adoum (ancien employé Oncpb)

DETENUS CONDAMNES A 15 ANS DE PRISON

1-Hamadou Malloum (ancien Gouverneur de province)
2-Maréchal de logis Chef Abaicho Alifa
3-Maréchal de logis Bouba Victor
4-Maréchal de logis Mahamat Moussa
5-Sergent Faya junior
6-Sergent Djongwangwe Kolandi Pierre
7-Gendarme Major Mba Paul
8-Gendarme Abbalkali
9-Gardien de la paix Haman Makarzaya

DETENUS CONDAMNES A 10 ANS DE PRISON

1-Adjudant Wappou Samuel
2-Maréchal de logis Chef Madi Monglo Pierre
3-Maréchal de logis Chef Gara Simon
4-Adjudant Baba Betare Pierre
5-Maréchal de logis Zalang Célestin
6-Maréchal de logis Woulai Jean Pierre
7-Sergent-Chef Tampo Jean Baudelaire
8-Sergent Tchouekreo Ronald
9-Sergent Mainigue Jacques
10-Gendarme Major Nagassou Robert
11-Gendarme Major Dalatou Sago
12-Gendarme Major Ndjidda Fadel
13-Gendarme Major Zourmba Ismaila
14-Gendarme Hinmara Eloi
15-Gendarme Mana Simon
16-Gendarme Mohaman ali
17-Gendarme Niressitike Dorsou Honoré
18- Gendarme Mey Gueme Wakil
19- Gendarme Oumarou Ernest
20- Gendarme Zigla Daniel
21- Gendarme Hamadjouma Moussa
22- Gendarme Ibame Boukar
23- Gendarme Godkreo Tchbwe
24- Gendarme Gnawe Pierre
25- Gendarme Mana Tizi
26- Gendarme Bogolla Robert
27- Gendarme Boubakary Blankagou
28- Gendarme Tao Pakoume
29- Gendarme Daptangou Vounsia
30- Gendarme Donglong Jean Pierre
31- Gendarme Adamou Ndjobdi
32- Gendarme Aladji Daniel
33- Gendarme Ngomna Jean
34- Gendarme Nath Alao
35- Gendarme Yaouba Tao
36- Gendarme Djactou Jean pierre
37- Gendarme Dari Djakissam
38- Gendarme Sadou Sambo Blaise
39- Gendarme Math Georges
40- Gendarme Kotira Daoudou
41- Soldat HinmaraTeskamla
42- Gardien de la paix Djoubai Samuel.

DETENUS CONDAMNES A 5 ANS DE PRISON

1 Issa Bakary (Ancien Délégué Général à la gendarmerie nationale)
2- Andoulaye Mazou (Ancien secretaire général du ministère de l’éducation nationale)
3- Colonel Ousmanou Daouda (Ancien chef d’état major particulier du président de la République)
4- Colonel Ngoura Beladji (Ancien commandant de la première région militaire)
5- Capitaine Konaté Aladji
6- Capitaine Hamadjoda Boubakari
7- Adjudant Tchankou Hamidou
8- Maréchal de logis chef Ngakolé André
9- Maréchal de logis Boubakari Bagoudou
10- Maréchal de logis Hamidicko Mohamadou
11- Maréchal de logis Abba André
12- Sergent Nsangou André
13- Gendarme Major Hamadou Ngoba
14- Gendarme Major Wanie Nicolas
15- Gendarme Major Saidou Amine
16- Gendarme Major Dia Jean Pierre
17- Gendarme Major Souare Emmanuel
18- Gendarme Major Bouba Yoloum
19- Gendarme Major Banguim Bigaola
20- Caporal-chef Mahamat Idriss
21- Gendarme Nevem Michel
22- Gendarme Toslon Nicolas
23- Gendarme Hamadama Adek
24-Gendarme Maroua Elie
25- Gendarme Boikomo Gilbert
26- Gendarme Laouane Bring
27- Gendarme Feobel Gaston
28- Gendarme Tchivet Ndoufta
29- Gendarme Damolai
30- Gendarme Haman Garga
31- Gendarme Samassing Jean
32- Gendarme Siry Gilbert
33- Gendarme Haman Yougouda
34- Gendarme Wassan Pascal
35- Gendarme Wassou Gérémie
36- Gendarme Baba Mahaman
37- Gendarme Dine Michel
38- Gendarme Torou Jean Claude
39- Gendarme Abdou Jean Louis
40- Gendarme Baba Petel
41- Gendarme Douada Oumarou
42- Gendarme Petel Hamboa
43- Gendarme Sanda David
44- Gendarme Samaki Robert
45- Gendarme Djaouro Belaoussala
46- Gendarme Hadamou Koffa
47- Gendarme Bouba Abali
48- Gendarme Mouhama Daldava
49- Gendarme Zavoua Adamou
50- Gendarme Abdoul Wahabou
51- Gendarme Tapsidi Flaubert
52- Gendarme Dombele Samuel
53- Gendarme Moussa Garba
54- Gendarme Yangne Hamadjam
55- Gendarme Djonlai Denis
56- Gendarme Dangwe Fernand
57- Gendarme Eveti Germain
58- Gendarme Boubakary Tar
59- Gendarme Hamadou Haman
60- Gendarme Haman Christophe
61- Gendarme Tikela Philippe
62- Gendarme Deli Dawai
63- Gendarme Gozo Etienne
64- Gendarme Adamou Paul
65- Gendarme Tchimavou
66- Gendarme kella Mathieu
67- Gendarme Sarai Ruben
68- Gendarme Bello françois
69- Gendarme Souare Abel
70- Gendarme Hinsou Jean Marie
71- Gendarme Math Raymond
72- Gendarme Lifna Justin
73- Gendarme Dangwang
74- Gendarme Vondo Todou
75- Gendarme Yaya Touré
76- Gendarme Bouyo Jean
77- Gendarme Pagou Joly Maurice
78- Gendarme Sali Badjone
79- Gendarme Wouwe Bouba
80- Gendarme Dama Watang
81- Gendarme Toubong Jacques
82- Gendarme Rezoumi Barthélémy
83- Gendarme Bouba Kato
84- Gendarme Togo Pierre
85- Gendarme Bouba André
86- Gendarme Mbellé François
87- Gendarme Bouba Philippe
88- Gendarme Mabanga Claude
89- Gendarme Garba Pierre
90- Gendarme Djao Temdendi
91- Gendarme Kalaldi
92- Gendarme Bakari Garba
93- Gendarme Doufa Gaston
94- Gendarme Banebara Richard
95- Gendarme Djaoga Emile
96- Gendarme Ousmanou Yerima
97- Gendarme Njoya Jean Paul
98- Gendarme Souman Bello
99- Gendarme Wadinka Adamou
100- Gendarme Issa Mamoudou
101- Gendarme Aboubakari Halidou
102- Gendarme Mohaman Toukour
103- Gendarme Haman Mitiké
104- Gendarme Mitlassou Ngansou
105- Gendarme Ngabaina paul
106- Gendarme Hamadou Mathieu
107- Gendarme Zené Joseph
108- Gendarme Gondi Johnson
109- Gendarme Oumar Boukar
110- Gendarme Wakna Augustin
111- Mahmat Gabriel
112- Gendarme Wilba Gabriel
113- Gendarme Bouba Félix
114- Gendarme Goni Mawala
115- Gendarme Haman Toumba
116- Gendarme Rakwa Raphaël
117- Gendarme Bouba Rigobert
118- Gendarme Hinmara Jean
119- Gendarme Njoya Souaibou

DÉTENUS CONDAMNÉS À 3 ANS DE PRISON

Ibrahim Ndiaye (ancien chef de secrétariat particulier du ministre Aminou Oumarou)
Adama Adda Garoua(ménagère à Ngaoundéré)
DÉTENUS CONDAMNÉS À 2 ANS DE PRISON
Aladji Tanko Hassan (homme d’affaires, ancien président de la section départementale Unc du Wouri)
Nana Hamadou (ancien chef de cabinet du gouverneur de la province de l’Adamaoua)
Moudio Hildina (ancien premier adjoint préfectoral de Mbalmayo)
Capitaine Abdoulaye Tombouctou
Capitaine Adamou Mohaman
Commissaire de police Djawe Alphonse
Capitaine Ali Issoufa(ancien chef d’escale Camair de Douala)
Djibril Alhassan (ancien cadre de la Sotuc)
Adjudant-chef Sinata Lamé

DÉTENU CONDAMNÉ À 18 MOIS DE PRISON

Gardien la paix Gara Justin

DÉTENUS CONDAMNÉS À 1 AN DE PRISON

Sali Hamadjoda (cadre de la Sonel)
Sani Haman(ancien cadre de la Biaoc)
Hamadou Djidji (fonctionnaire à la province de l’Adamaoua)
Maréchal de logis-chef Madougou .

DÉTENUS ACQUITTÉS MAIS GARDÉS EN PRISON

Issa Tchiroma (ingénieur)
Oumarou Haman (élève commissaire de police)

.